La ferme des animaux de George Orwell: les risques du soulèvement

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je souhaite vous parler de La ferme des animaux de George Orwell. Ca faisait maintenant un moment que je voulais lire cet auteur, et plus particulièrement 1984, une dystopie. Comme 1984 est décrit comme un roman très fort j’ai préféré commencer avec La Ferme des animaux qui fait 150 pages afin de me familiariser avec la plume d’Orwell.

FullSizeRender

 

Voici le synopsis: Un beau jour, dans une ferme anglaise, les animaux décident de prendre le contrôle et chassent leur propriétaire. Les cochons dirigent la ferme comme une mini société et bientôt des lois sont établies proscrivant de près ou de loin tout ce qui pourrait ressembler ou faire agir les animaux comme des humains. De fil en aiguille, ce microcosme évolue jusqu’à ce qu’on puisse lire parmi les commandements :  » Tous les animaux sont égaux, mais (il semble que cela ait été rajouté) il y en a qui le sont plus que d’autres. « 

Ce livre m’a plutôt intrigué car le synopsis laisse à penser qu’il y aura une morale derrière une histoire assez loufoque. Tout commence donc avec le soulèvement des animaux qui n’en peuvent plus de leurs conditions de vie à la ferme et souhaitent devenir indépendant de Monsieur Jones, le fermier qui les possède. Une réunion est organisée expliquant comment il sera possible d’entretenir seuls la ferme, de subvenir seuls à leurs besoin, mais surtout d’améliorer seuls leurs conditions de vie. Lire la suite

Publicités

Orgueil et préjugés : Mon avis sur le livre et le film de Joe Wright

img_9442

Bonjour à tous, depuis quelques temps j’ai beaucoup entendu parler d’Orgueil et préjugés de Jane Austen. Le mystérieux Monsieur Darcy dont on entend souvent parler et à qui ont fait référence dans d’autres films/ séries m’a intrigué et j’avais hâte de découvrir cette histoire.

Résumé : « Pour les Anglaises du XIXe siècle, hors du mariage, point de salut ! Romanesques en diable, les démêlés de la caustique Elizabeth Bennett et du vaniteux M. Darcy n’ont pas pris une ride ! Mais, il faut parfois savoir renoncer à son orgueil. Et accepter la tombée des masques pour voir clair dans la nuit. Un classique universel, drôle et émouvant. « 

Lorsque j’ai commencé ma lecture j’ai trouvé le livre très agréable à lire, il était léger, frais et même parfois très drôle. Je dois l’avouer je ne m’y attendais pas du tout car c’est un livre sortit en 1821. On arrive très vite à visualiser les personnages les lieux, le style de vie,… Je dirais que les descriptions ne se ressentent pas et c’est ça qui rend ce livre si « léger ». On y découvre la famille Bennett qui se compose de M. et Mme Bennett ainsi que leur 5 filles. Mme Bennett semble n’avoir qu’un seul but: marier ses filles et les marier à un homme aisé voir riche de préférence. M. Benett lui est très différent de sa femme, il n’a pas de plaisir à briller en société, on dirait qu’il a seulement envie de vivre sa vie tranquillement. C’est un des personnages que j’ai préféré car il a toujours le mot juste. Il est drôle mais n’en fait pas trop, il a une femme totalement extravagante mais il ne la reprend jamais, il la laisse être comme elle est. Même si Mme Bennett aimerait que son mari soit plus investi dans la recherche d’un bon parti pour ses filles, on sent qu’elle aime être celle qui prends les choses en main de ce côté et qu’elle adore tout lui raconter. Ces deux personnages sont vraiment très différents mais bizarrement je trouve qu’ils vont très bien ensemble. Lire la suite